Végétalisme et Santé Humaine

Le Rapport Campbell de T.Colin Campbell: Voici un livre qu’il faut acheter en plusieurs exemplaires afin de le distribuer aux médecins, cardiologues, nutritionnistes ou à quiconque veut conserver ou retrouver sa santé. L’auteur a pendant plus de quatre décennies fait de la recherche biomédicale sur les protéines animales et épluché plus de 750 références et études scientifiques sur le sujet. Sa conclusion est sans appel. Les protéines animales de la viande, du poisson mais aussi des oeufs et des produits laitiers sont potentiellement dangereuses. Elles peuvent déclencher: cancers, diabète, hypertension, arthrite, calculs rénaux, obésité, ostéoporose, maladies cardiaques, maladies du système nerveux, du système immunitaire et l’Alzheimer.

Campbell a fait une étude d’envergure sur des humains en milieux ruraux, en Chine et plus récemment à Taiwan. Elle fut menée conjointement par l’Université Cornell, l’Université Oxford et la Chinese Academy of Preventive Medicine. Plus connue sous le nom de China Study, elle s’est penchée sur les maladies imputables à la nourriture et à l’hygiène de vie. Elle a démontré que les personnes qui mangent une très grande quantité d’aliments d’origine animale sont aussi celles qui souffrent le plus de maladies chroniques et de cancers. Même une quantité minime d’aliments d’origine animale est associée à des effets néfastes sur la santé.

Lui-même végétalien ainsi que sa femme et son fils (qui a aidé à l’élaboration du livre), Campbell passe en revue toutes les maladies provoquées par une consommation de protéines animales. Quelques exemples.

Cancer : dans un rapport publié il y a près de trente ans, des chercheurs ont comparé les répercussions des facteurs environnementaux sur le taux de cancer dans trente-deux pays. Un des liens les plus forts entre viande et cancer se rapportait au cancer du côlon. La consommation d’oeufs peut aussi augmenter le risque de ce type de cancer. Les produits animaux sont aussi impliqués dans le cancer du sein et de la prostate. (Ces trois types de cancers représentent 40 % de tous les nouveaux malades du cancer). Les protéines animales stimulent la croissance des tumeurs. Elles encouragent le corps à produire davantage d’IGF-1, laquelle hormone amorce à son tour la prolifération des cellules et le blocage de l’élimination des vieilles cellules, attisant ainsi le développement du cancer. Une alimentation comportant de la caséine (principale protéine du lait de vache) permet à davantage de carcinogènes d’entrer dans les cellules.

Diabète : aux Etats-Unis le diabète de type 2, la forme la plus répandue de la maladie, touche plus de 16 millions d’Américains. En huit ans, de l990 à l998, on a assisté à une forme d’épidémie : les cas de diabète ont progressé de 33 %. (Le phénomène est aussi présent au Canada). Plusieurs études scientifiques et épidémiologiques confirment que les aliments d’origine animale, à haute teneur en protéines et en gras favorisent la maladie. Dans le cas du diabète de type 1 il existe maintenant des preuves incriminant les produits laitiers. En l994 l’Académie américaine de pédiatrie, l’ American Academy of Pediatric, encouragea fortement les parents de familles où le diabète était plus répandu de ne pas donner de lait de vache aux enfants au cours de leurs deux premières années. Le lait de vache peut être problématique, surtout pour les enfants génétiquement prédisposés.

Calculs rénaux : W.G. Robertson du Conseil de la recherche médicale, le Medical Research Council, de Leeds en Angleterre, est un éminent spécialiste des calculs rénaux. Ses travaux ont débuté il y a plus de trente ans et se poursuivent encore. Robertson a pu aider les patients souffrant de calculs rénaux récurrents en supprimant simplement les protéines animales de leur alimentation.

De manière fort intéressante Campbell présente plusieurs médecins qui endossent une alimentation végétarienne non seulement pour prévenir les maladies mais aussi dans bien des cas pour les guérir. Le docteur Caldwell B. Esselstyn Jr., un chirurgien spécialiste des maladies cardiaques, a constaté pendant sa pratique que les interventions médicales et chirurgicales ne traitaient que les symptômes. Il décide alors de proposer une alimentation à base d’aliments d’origine végétale à ses patients cardiaques. En quelques mois, il obtient des guérisons spectaculaires en prescrivant une quantité minime de médicaments pour diminuer le cholestérol et un régime végétarien très pauvre en lipides. D’autres médecins comme les docteurs William Castelli ou Dean Ornish conseillent une alimentation végétarienne, mais sans médication, à titre préventif mais aussi pour renverser la progression des maladies cardiaques. Le docteur John McDougall, en préconisant une alimentation sans aucune protéines animales, a guéri nombre de ses patients souffrant de maladies cardiaques tout comme d’hypertension ou de diabète.

 LOBBIES ET DÉSINFORMATION

Malgré toutes ces certitudes scientifiques sur le danger des protéines animales versus la santé humaine, pourquoi si peu de médecins en faveur de l’alimentation végétarienne et végétalienne? « C’est le système tout entier – gouvernement, corps scientifique, corps médical, industries et médias – qui mousse le profit au détriment de la santé, la technologie au détriment de l’alimentation et la confusion au détriment de la clarté ».

Industries alimentaires, pharmaceutiques, médicales, médias et lobbies pour la promotion de la viande, du lait ou des oeufs, travaillent de concert pour garder le public dans l’ignorance. Les producteurs de produits animaux payent même pour des recherches scientifiques favorables à leurs aliments. Aux Etats-Unis l’Institut Dannon, le Conseil de nutrition des oeufs, l’Association nationale des producteurs de boeuf, le Conseil national du lait mettent ensemble sur pied des programmes de nutrition dans les facultés de médecine! Campbell se demande comment il est possible de croire qu’un groupe de producteurs d’aliments d’origine animale va « objectivement mousser la meilleure nutrition possible,celle que la science révèle être une alimentation végétarienne constituée d’aliments complets

Le rapport Campbell, en démystifiant une multitude d’informations erronées sur la santé, en particulier sur le végétalisme,  est un vibrant plaidoyer pour une alimentation végétale: «Nous détenons toute une gamme de preuves indiquant qu’une alimentation végétarienne faite d’aliments complets est meilleure pour le coeur. Jamais auparavant nous n’avons eu une telle compréhension approfondie de l’incidence de l’alimentation sur le cancer, tant sur le plan cellulaire que dans la population.. Nous détenons maintenant tout un ensemble de preuves qui indiquent qu’une alimentation végétarienne composée d’aliments complets est ce qu’il y a de mieux pour nos reins, nos os, nos yeux et notre cerveau. L’idée que les aliments végétariens peuvent empêcher et même traiter une grande variété de maladies chroniques ne peut plus être niée. Il ne s’agit plus de quelques personnes seulement qui prétendent qu’une telle alimentation est bonne, et ce, en se fondant sur leur expérience personnelle, leur philosophie ou une étude scientifique isolée. Des centaines d’études détaillées, bien faites et exhaustives affirment désormais la même chose » .

LE RAPPORT CAMPBELL – T. Colin Campbell et  Thomas M. Campbell – Ariane, 2008 (traduction française de The China Study, préface de John Robbins)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s